Pourquoi porter un masque ?

Comment fonctionne le masque ?

 

 

Le masque est composé d’une pièce faciale (demi-masque ou masque complet) et d’un dispositif de filtration.

 

Sa durée de protection varie entre trois et huit heures, mais il est difficilement supporté au delà de quelques heures (voir recommandations du fabricant).

 

Une fois mis en place, le masque ne doit plus être touché. Une fois enlevé, il ne doit pas être réutilisé. Il doit être changé immédiatement, chaque fois qu’il est souillé, mouillé, ou mal positionné sur le visage.

 

Le port de masques de type FFP2 est préconisé pour les personnels de soins lors des phases de transmission interhumaine et pandémique et pour les personnes à risque majeur d’exposition (proximité de moins de un mètre d’une personne malade), tels que les professionnels de santé au contact des malades. 

 

 

 

Quelle est la différence entre les types de masques ?

 

On distingue deux types de masques : les masques chirurgicaux classiques et les masques de protection respiratoires FFP (pour "Filtering Facepiece Particule", littéralement masque à filtre de particules).

Le premier est le plus basique et le plus répandu. Le plus souvent en papier, il permet à son porteur de protéger les personnes qui l'entourent des "projections de sécrétions des voies aériennes" lors de toux, d'éternuements ou de postillons, par exemple. Ces sécrétions peuvent "contenir des agents infectieux", et donc transmettre un virus.

Plus élaboré et parfois reconnaissable à sa forme de bec de canard, le masque FFP se distingue par la présence d'un dispositif de filtration. D'une plus grande rigidité qu'un masque chirurgical traditionnel, il protège non seulement l'entourage de son porteur des projections de gouttelettes, mais également le porteur des inhalations "d'agents infectieux transmissibles par voie aérienne".